Femmes célibataires Bologne savoir tous

Résumé fre L'article porte à la fois sur l'étude de la réglementation de la prostitution à Bologne à la fin du XVIIème siècle et sur la perception éthico-socio- logique que les prostituées et les femmes de Bologne en générale avaient de l'activité en question. Si, d'un côté, la prostitution était tolérée, moyennant l'inscription de la prostituée sur un registre officiel, l'activité faisait l'objet d'une intense répression, lorsqu'elle s'exerçait en dehors du canal institutionnel. Une analyse détaillée des jugements rendus par le Tribunal ecclésiastique montre que deux catégories de femmes subissaient en priorité la répression : celles qui étaient ou avaient été mariées et avaient déjà connu la maternité, d'une part, et les jeunes femmes d'autre part. Résumé eng The article deals with both the regulations concerning prostitution in Bologna at the end of the XVIIth century, and its ethical-sociological perception by Bologna whores and women.

Autour de cet article

Affectation un homme: Amour, Amitié, Discussions, Différent raison Je suis une personne vrai sérieuse douce calme dans ma allure et surtout respectueuse Habite à Bolzano Vicentino , Vénétie Recherche un homme: Amour, Amitié, Discussions Ma recherche aurore désespérément normale!. J'aimerais rencontrer un individu simple, honnête ,pas menteur qui saurait et aimerait partager avec moi la vie. La vie avec ses joies , ses peines.

Doctissimo : Qui est le célibataire aujourd'hui ?

Ego voudrais toujours apprendre quelque belle fait femme célibataire de 67 ans cherche homme pour rencontre sérieuse Je desir connaitre un monsieur de bon courage et bon humeur pour passer le reste de la vie ensemble par respect reciproque, se prendre soin l'un de l'autre et se bien goûter. Ensemble nous pouvons bien utiliser les vertues accumulée pendant les années. Nous nous sommes pas plus jeunes, environ eventuel petite probleme de santé du partenaire ne me fait pas frousse - comment disont dans le bi

Jean-Claude Bologne : « Le célibat n’est plus un statut social »

Au XVIe siècle, le retour du bon romain dévalorise le célibat féminin. Si elle reste célibataire, elle quitte rarement sa famille. Une femme seule aurore suspecte, soupçonnée de mauvaise conduite. Elle perd une large partie de sa capacité juridique, ce qui lui empêcher les fonctions de responsabilité. Certaines tentent bien, au XVIIe siècle, de déterminer une troisième voie, le célibat civil, à côté du mariage ou du célibat religieux. Mais le plus fréquemment, la femme seule préfère la ardeur communautaire, dans un couvent ou unique béguinage.